2020-2021

Séance 1 – lundi 5 octobre 2020 (10h-17h)

Théories critiques du travail

– De la lutte syndicale au projet coopératif (10h)

Maxime Quijoux (CNRS, Lise, Cnam Paris) présente son ouvrage consacré aux conditions de récupération d’une entreprise par ses salariés et aux modalités de gestion du fait salarial par les dirigeants syndicaux devenus patrons.

Il est discuté par Flora Bajard (CNRS, LEST).

Référence bibliographique :
Quijoux Maxime, Adieux au patronat. Lutte et gestion ouvrières dans une usine reprise en coopérative, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2018.

–Bourdieu et le travail. Les apports de la théorie bourdieusienne en question (14h)

Maxime Quijoux (CNRS, Lise, Cnam Paris) présente son ouvrage sur l’apport de la pensée de Bourdieu à l’analyse sociologique du travail.

Il est discuté par Paul Bouffartigue (CNRS, LEST).

Référence bibliographique :
Quijoux Maxime (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Séance 2 – lundi 7 décembre 2021 (10h-12h30)

Le travail des classes populaires

Anne Bory et José Calderon Gil (maîtres de conférence en sociologie, Université de Lille, Clersé) du Collectif Rosa Bonheur nous présentent leur ouvrage qui interroge ce « que font de leur journée les gens dont on dit qu’ils ne font rien », à partir d’une enquête collective menée auprès des habitants de quartiers populaires roubaisiens aux marges du salariat.

Ils sont discutés par Arthur Imbert (Amu, Lest).

Référence bibliographique :

Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Amsterdam Éditions, 2019.

Séance 3 – lundi 18 janvier 2021 (10h-16h30)

Les relations professionnelles en contexte de restructuration

Cédric Lomba, sociologue (CNRS CRESPPA), nous présente son dernier ouvrage.

À partir d’une enquête monographique au long cours, conduite auprès des ouvriers d’usines métallurgiques d’une multinationale (ArcelorMittal) en Belgique, il nous invite à réfléchir à ce que le contexte de restructuration permanente, qui marque de plus en plus la condition ouvrière, fait aux relations professionnelles et au travail de représentation et de défense des salariés.

Il est discuté par Gaëlle Troadec, doctorante en sociologie au LEST-AMU

Référence bibliographique : Lomba, Cédric. La Restructuration permanente de la condition ouvrière. De Cockerill à ArcelorMittal, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2018.

– Atelier : Chloé Biaggi, doctorante en science politique (CMH, EHESS, Lest)

Présentation de sa thèse en cours : Quand les “relations sociales” sont un travail. Les pratiques de gestion des cadres des ressources humaines.

Séance 4 – lundi 15 février 2021 (10h-12h30)

Transformations des modèles productifs et relations professionnelles

Julien Gros, sociologue (CNRS – LEST) et Luc Sigalo Santos, politiste (AMU – LEST), présentent leur travail en cours avec Pauline Barraud de Lagerie sur les micro-travailleurs du web et les nouvelles pratiques de sous-traitance en ligne.

Ils s’interrogent notamment sur qui sont ces micro-travailleurs/ses et quels sont les ressorts de leur engagement dans des activités de micro-travail très faiblement rémunérées. À travers leur présentation, ils donnent enfin des pistes méthodologiques pour construire des enquêtes par questionnaires sur les plateformes de micro-travail sur lesquels les travailleurs/ses du web sont engagé.es.

Séance 5 – lundi 15 mars 2021 (10h-12h30)

Pratiques du droit au travail

Vincent-Arnaud Chappe, sociologue (CNRS – CEMS), présente l’ouvrage issu de sa thèse L’Egalité au travail.

Il y étudie les conditions concrètes du déploiement du droit comme support d’une politique de lutte contre les discriminations.

Mobilisant une sociologie pragmatique, constitutive et politique du droit, V-A Chappe propose de rendre compte des raisons du recours ou du non recours au droit de la non-discrimination mais aussi d’éclairer les raisons du passage réussi du droit ou ses échec. Ce faisant, il étudie les conditions pratiques qui permettent de ré-saisir des conflits du travail dans le langage de la non-discrimination en vue d’obtenir la réparation d’une situation perçue comme injuste.

Référence bibliographique :
Vincent-Arnaud Chappe, L’égalité au travail. Justice et mobilisations contre les discriminations, Paris, Presses des Mines, 2019.

Séance 6 – lundi 26 avril 2021 (10h-16h30)

Patronats et syndicats à l’épreuve des métropoles

Séance commune avec le séminaire Territoires, régulations, expérimentations et coopérations (TREC) du Lest

– Séminaire invité : Christophe Parnet, doctorant en science politique (Triangle, Sciences Po Lyon)

Présentation de ses travaux sur la mobilisation des représentants patronaux pour la métropole marseillaise.

– Séminaire invité : Guillaume Gourgues, maître de conférences en science politique (Triangle, Université Lyon 2) & David Guéranger, chargé de recherche en sociologie (LATTS, École des Ponts ParisTech)

Présentation de leur rapport de recherche : Les Métropoles comme enjeu syndical. Marginalité et avenir de l’action syndicale dans la territorialisation de l’action publique, 2019.

Séance 7 – lundi 21 juin 2021 (10h-16h30)

Travailler dans une économie mondialisée : les transformations des mondes marins

– Séminaire invité (10h-12h30) : Claire Flécher, maître de conférences en science politique (Université Lyon 2, Centre Max Weber)

Présentation de son ouvrage : Au long cours, Marseille, Éditions Hors d’atteinte, à paraître.

– Atelier (14h-16h30) : Gaëlle Troadec, doctorante en sociologie (Lest, Amu)

Présentation de sa thèse en cours : Une approche transnationale des filières de la pêche. France-Italie.

Atelier permanent du Laboratoire d'économie et de sociologie du travail

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search